01/07/2019

Creadev : une société “toujours verte”, aussi, grâce à ses V.I.E

Creadev analyse le fort potentiel de développement de sociétés avant d’investir, au sein de leur capital, puis d’accompagner une croissance rapide. Objectif : en faire des meilleurs mondiaux dans leurs domaines. L’entreprise s’appuie notamment, pour cela, sur la souplesse et l’adaptabilité du dispositif V.I.E.

Creadev définit en ces termes sa stratégie, aux côtés des entreprises, évaluées à forts potentiels de développement, figurant dans son portefeuille. Pour cela, cette société, qualifiée “d’evergreen” (1), investit, à l’issue d’une minutieuse analyse préalable, au capital de ses clients. Qui deviennent, ainsi, également des partenaires.

Son activité s’articule autour de cinq secteurs, définis comme prioritaires par le management : “Talents”, Agro-alimentaire, Santé, Expérience client et “Durable”.

Ces arbitrages n’ont pas tardé à porter la croissance de Creadev à des niveaux enviables. Y compris – et surtout - à l’International. Conséquence logique, après l’implantation de ses bureaux de Paris, New-York et Shangaï, la création d’une quatrième structure a été finalisée à Nairobi (Kenya).

 

  •      Une formule gagnante, au Kenya comme ailleurs

Sarah Ngamau, Manager Afrique chez Creadev.

Le recrutement d’une jeune V.I.E, Elise Lamé (voir article ci-dessous), il s’est traduit, sans délai, par un nouveau succès. Aujourd’hui, quatre personnes – deux sur place et deux autres depuis Paris – officient au sein du pôle “Afrique” de Creadev.

“Dès l’ouverture de notre bureau, l’excellent niveau de formation et de compétence de nos collaborateurs européens, au premier rang desquels je citerai bien sûr Elise, n’a pas manqué de “booster” nos activités, observe Sarah Ngamau, directrice du Management Afrique. Dans des domaines aussi fins que l’analyse, le marketing et la finance, leur professionnalisme se révèle précieux au moment, stratégique, d’évaluer le coefficient d’opportunité de nos investissements.”

Creadev ne se trompe pas souvent dans son approche, très spécifique, des dossiers-clients. La croissance rapide de son bilan, au Kenya comme ailleurs dans le monde, en témoigne.

“L’autre raison de cette croissance réside dans notre bonne connaissance du marché local, souligne Sarah Ngamau. Nous ciblons, essentiellement, des projets en rapport avec le développement de l’économie kenyane, vigoureux lui aussi. Si ceux-ci permettent de générer des synergies opérationnelles, dans différents secteurs d’activités, c’est encore mieux.”

 

  •      Le choix du VIE : comme une évidence

L’addition des compétences, l’échange de bonnes pratiques entre kenyans et européens, la polyvalence des différents acteurs de même que la gestion, rigoureuse, du portefeuille-clients font le reste. Par sa souplesse, sa réactivité, ainsi que son adaptabilité aux réalités économiques, culturelles et administratives locales, le dispositif V.I.E répond parfaitement aux attentes des donneurs d’ordres kenyans.

“Il est tout à fait envisageable que nous décidions d’employer, à Nairobi, davantage de V.I.E dans un avenir proche, souligne Sarah Ngamau. Pour accompagner notre propre développement, certes, mais aussi étoffer notre équipe tout en diversifiant encore l’éventail de compétences qui la compose.”

Et de conclure : “Le VIE, c’est pour nous la garantie d’allier excellent niveau d’études et, déjà, solide expérience opérationnelle de nos collaborateurs.” Creadev, à l’évidence, compte bien poursuivre dans cette voie.

“Le V.I.E est un enrichissement personnel que je conseille à chacun”

 

Elise Lamé, V.I.E au Kenya depuis l’ouverture du bureau de Nairobi.

“J’ai eu l’opportunité d’un stage chez Creadev en 2016. Celui-ci s’est si bien déroulé que j’ai pu conserver des contacts réguliers avec l’entreprise pendant les mois qui ont suivi. Quelques temps après l’ouverture du bureau en Afrique, mes employeurs me proposaient cette fois un contrat V.I.E à Nairobi. J’ai accepté leur offre avec enthousiasme.”

Depuis, Elise Lamé collabore activement à tous les investissements menés sur place. La jeune femme, de formation “Business” et “Sciences politiques”, s’est découvert un attrait, tout aussi marqué, pour l’analyse financière puis la phase de négociation qui, le plus souvent, en découle.

Un challenge auquel elle a pris goût.

“Aux côtés de ma manager kenyane, je participe à l’ensemble des transactions effectuées par notre bureau, confirme-t-elle. Des premiers échanges prospectifs, jusqu’aux investissements que nous réalisons, sur place, après validation d’un dossier. Bref : j’interviens lors de chaque étape du processus-client.

Au Kenya, pays phare en matière d’activité économique dans cette région, Elise n’a ressenti aucun “gap” dans ses relations quotidiennes avec la population locale. Même si elle reconnaît que des différences existent entre cultures d’entreprise africaine et européenne. “Mes rapports avec les Kenyans sont excellents, souligne-t-elle. Le fait que Sarah, ma manager, soit originaire de ce pays y a, bien sûr, contribué. Mais je crois aussi que le dispositif V.I.E fonctionne particulièrement bien ici. La croissance économique, en Afrique de l’est, demeure soutenue.”

Et de préciser :

“Ce continent, par son dynamisme et sa vitalité, m’attirait. C’était celui de mon choix.” Le fait de côtoyer, chaque jour, des dirigeants porteurs de projets innovants, créateurs d’emplois et à fort potentiel de développement représente un atout. Celui de se sentir soutenue et épaulée, dans ses démarches administratives notamment, en est un autre. “Le soutien, constant et quotidien, de Business-France sécurise et permet de nous concentrer, avec sérénité, sur nos tâches multiples, conclut-elle. En outre, j’ai conscience que le V.I.E, sur un C.V. constitue un indéniable “plus”. Ne serait-ce que par le niveau d’expérience, forte et responsabilisante, qu’il dispense. A fortiori pour quelqu’un d’aussi jeune que moi. Il s’agit bien d’un enrichissement personnel que je conseille à chacun.”

Adaptabilité, flexibilité, polyvalence, autonomie et implication personnelle : Elise coche toutes les cases de la performance V.I.E. Il convient, à l’évidence, d’y ajouter le bon sens.