20/02/2019

Des V.I.E scientifiques taillés pour l’aventure !

Ictyopharma n’est pas un groupe pharmaceutique comme les autres. Spécialisé dans la santé, ainsi que la nutrition du Tilapia, le deuxième poisson d’élevage produit et consommé au monde, il se développe très vite. Surtout en Afrique.

 

,Cédric Komar
Directeur Général
et fondateur de Ictyopharma
.ainsi que de sa "holding" Ictyogroup


Fondé il y a cinq ans par un couple de vétérinaires spécialisés dans l’aquaculture tropicale, Ictyopharma s’est positionné sur une niche aussi porteuse qu’originale : la vaccination, ainsi que la nutrition, du Tilapia, deuxième espèce de poisson d’élevage recensée dans le monde. Sa production annuelle, en provenance d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, avoisine les 6 millions de tonnes.
Un enjeu énorme. Surtout pour des pays, à forte croissance humaine, qui doivent répondre à d’importants besoins. “Le développement de l’aquaculture s’explique par la nécessité de nourrir des populations de pays émergents, en respectant leurs habitudes alimentaires mais aussi l’équilibre de la faune aquatique, confirme Cédric Komar, directeur général d’Ictyopharma.”

Structuré autour d’Ictyogroup, sa “holding”, le résultat consolidé du groupe affichait, fin 2018, un chiffre d’affaire en forte hausse. Cette croissance est sensible à l’international. D’où l’idée de choisir, dès 2016, le dispositif V.I.E.
“Depuis notre réussite au Ghana, nous avons recruté deux V.I.E, poursuit Cédric Komar. Nous recherchons des jeunes très “pointus” dans leur spécialité. Comme Adrian Astier, biologiste ou son collègue qui est vétérinaire. Tous deux sont de purs scientifiques mais prêts pour l’aventure !”

Après le Ghana, cap, cette fois, sur la Zambie et l’Afrique australe ! “Nous attendons beaucoup de l’Afrique, souligne Cédric Komar. C’est pourquoi nous y consentons des efforts de recrutement. Le V.I.E constitue l’outil idéal pour cela.


   

,Adrian Astier
Pathologiste aquatique
   .et V.I.E du groupe au Ghana

« Le V.I.E représente un tremplin fantastique ! »

J’ai été recruté en V.I.E, en 2017, comme pathologiste aquatique au Ghana. Nous travaillons sur des aspects liés à la recherche tout en apportant expertises et solutions concrètes.”

Adrian Astier, volontaire chez Ictyopharma, revendique sa triple fonction : chercheur, mais aussi praticien et commercial dans un secteur économique en plein essor. Titulaire, à 27 ans, d’un master, le jeune homme ne compte pas s’arrêter là.

“Notre protocole est performant et économe, précise-t-il. Nous vaccinons le Tilapia tôt. Cela explique le succès de nos programmes dispensés au Ghana. Et sans doute, demain, dans d’autres pays africains.”
Ce challenge, Adrian Astier se déclare prêt à le relever. “Passer encore plusieurs années en Afrique, où les opportunités sont nombreuses, me convient, conclut-il. Le V.I.E a représenté pour moi un tremplin fantastique. Des jeunes, formés et partants pour une première mission à l’étranger, trouveront là une façon idéale de lancer leur carrière.