27/04/2018

Identifier des solutions de financement

Pour aider les entreprises qui recrutent un V.I.E, divers appuis et solutions de financement ont été mises en place. Revue de détail des principaux instruments disponibles.

Retrouvez l'intégralité du Guide 2018.

Le V.I.E est un dispositif attractif pour les PME car le coût est raisonnable et maîtrisé. « L’entreprise peut intégrer le coût de la mission dans son business plan, il n’y a pas de mauvaises surprises : c’est une dépense parfaitement planifiable » affirme Aurélien Giraud, chef de département V.I.E de Business France. Les frais de gestion sont réduits, l’entreprise bénéficie d’une exonération de charges salariales et patronales, la protection sociale du volontaire est intégrée dans le package. 
L’entreprise peut également recourir à différentes solutions de financement. Les dépenses liées au recours à un V.I.E sont éligibles au Prêt Croissance International proposé par Bpifrance, dont l’objectif est de financer les dépenses à l’international.
Ce financement peut être couplé à une assurance prospection délivrée par Bpifrance Assurance Export. Celle-ci apporte une couverture contre le risque commercial lié aux premières démarches de prospection et permet de bénéficier d’un soutien de trésorerie avec une assurance forfaitaire simplifiée.

L’appui des régions


Par ailleurs, la grande majorité des régions françaises apporte un soutien financier aux PME qui souhaitent recourir au dispositif V.I.E. Elles prennent en charge une part importante du coût du V.I.E, l’objectif étant de favoriser le développement des PME régionales sur les marchés internationaux. Les modalités de subvention sont variables d’une région à l’autre. « La Région des Pays de la Loire appuie l’exportation à travers le V.I.E. Simplicité et aide financière représentent un soutien très fort pour l’export » explique Bruno Giffard, président directeur général de Giffard, une société basée à Angers, dans les Pays de la Loire, et spécialisée dans la fabrication de liqueurs et de sirops.
En définitive, il existe une vaste panoplie d’appuis financiers mis à la disposition des entreprises utilisatrices du V.I.E. « Il convient de bien comprendre leur mode d’utilisation. Les différents appuis sont complémentaires et ne s’additionnent pas » précise le chef de Département V.I.E. 

Ces appuis correspondent à des cas de figure différents. « Une entreprise qui souhaite ouvrir de nouveaux marchés à l’export en utilisant le V.I.E a tout intérêt à utiliser une assurance prospection pour couvrir le risque commercial, quitte à la coupler avec un prêt de Bpifrance » souligne Aurélien Giraud. Un groupe déjà installé à l’étranger par le biais de filiales, et qui a déjà des courants d’affaires ré-uliers, n’est pas confronté à ce type de risque. « Dans tous les cas de figure, il faut, dans un premier temps, bien définir le projet export puis, dans un deuxième temps, s’interroger sur l’instrument financier le mieux adapté » conclut-il.

Vincente Charbonel, directrice opérationnelle d’Anyware Video

« L’appui financier de la Région PACA nous a permis de recruter un V.I.E et de donner une nouvelle impulsion à notre activité internationale »

« Le premier V.I.E a été installé dans notre  bureau de Tokyo en 2015 » indique Vincente Charbonel, directrice opérationnelle d’Anyware Video, une société basée à Marseille et spécialisée dans la création de logiciels permettant aux médias de diffuser leurs programmes télévisés et radiophoniques ainsi que de les archiver. Forte de cette expérience, la société a créé un 2e bureau à Dubaï et accueilli un V.I.E à temps partagé par l’intermédiaire de l’Imed qui a permis également de bénéficier de l’accompagnement financier de la Région. Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) alloue une aide financière pour l’accueil d’un V.I.E à temps partagé. Cet appui aété décisif. « Grâce aux volontaires, nous avons eu accès à une information vivante locale, permettant d’ajuster nos actions. Outre l’effet rassurant d’un bureau local sur nos clients, cette expérience a renforcé la crédibilité de notre expérience et valorisé davantage notre marque auprès du marché européen » précise Vincente Charbonel.

L’activité d’Anyware Video a progressé de 50 % en 2016 et devrait encore croître de 30 % en 2017. Si le V.I.E représente un appui commercial évident, c’est également un extraordinaire levier humain, en constituant un moteur pour toute l’entreprise et ses salariés. « Les volontaires possèdent une vraie culture internationale et un tempérament de défricheur. Ce sont de véritables entrepreneurs en herbe » conclut Vincente Charbonel.