10/12/2018

Le V.I.E : l'accélérateur de carrière !

En collaboration avec l’Edhec NewGen Talent Centre, Business France a mené l’enquête sur le V.I.E. L’objectif, mesurer auprès de la population des anciens volontaires, le taux de satisfaction de la formule, et valider le taux d’employabilité de ces jeunes à l’issue de leur mission.

Il y a un mois, en présence de Christophe Lecourtier, Directeur Général de Business France et Marie Lebec, Députée des Yvelines, membre de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale,  l’enquête a rendu ses résultats. Retour sur les clefs du succès du V.I.E.

Le V.I.E, un dispositif pour augmenter le nombre d’entreprises exportatrices

Pour les entreprises, la formule est très attractive. Elle leur permet d’employer pendant une durée limitée des jeunes bien formés, pour une mission à l’étranger. Les volontaires sont confrontés à “des défis qui sont habituellement menés par des personnes d’expériences“. De quoi, permettre aux entreprises de jauger les jeunes diplômés, d’apprendre à les connaître… et souvent, les recruter à l’issue du contrat. Le tout pour un coût relativement limité, l’Etat prenant à sa charge une partie des frais.

Le VIE s’avère particulièrement avantageux pour les PME. Lorsque l’entreprise n’est pas suffisamment outillée, l’accueil du volontaire peut en effet être assuré par un conseiller du commerce extérieur, ou par la structure locale d’un grand groupe. Business France peut également prendre en charge jusqu’à 20 % des frais de logement. Résultat, l’entreprise d’accueil ne s’occupe que du voyage, de l’organisation de la mission et du paiement de certaines cotisations sociales – mais à un taux réduit.

Le V.I.E : un réel accélérateur de carrière pour les jeunes diplômés

Vu comme un réel challenge, le V.I.E s’adresse tout autant à ceux qui souhaitent débuter une carrière dans un pays étranger, qu’à ceux qui souhaitent occuper un poste à responsabilité pour progresser rapidement en un temps limité.

Parmi les compétences développées, 77 % des V.I.E ont acquis un niveau de langue « courant » ou « bilingue» a l’issue de leur mission. Alors qu’au départ, ils étaient 22% à estimer n’avoir aucune maîtrise de la langue.

Au-delà des soft skills, 93% des diplômés interrogés considèrent que le V.I.E est un bon dispositif d’insertion professionnelle et ils ont raison. Le V.I.E joue un rôle clé pour la suite de la carrière des volontaires. Ce sont 92% des participants qui ont été recrutés directement après leur V.I.E., dont 51% au sein de la même entreprise. Autrement dit, 9 jeunes sur 10 sont embauchés directement après leur V.I.E.!

Rien d’étonnant, dans ces conditions, que la grande majorité des jeunes qui ont eu recours au VIE se disent satisfaits de l’expérience et que 98 % d’entre eux recommandent ce dispositif.

Consulter le document PDF: cliquer ici.

Etude menée sur 1.552 "jeunes anciens V.I.E" partis entre 2015 et 2017.