27/04/2018

Les conseils du CIVI aux candidats

Retrouvez l'intégralité du Guide 2018.

CONSEIL N°1 : Bien réfléchir en amont à son projet personnel et professionnel

Tremplin vers une carrière à l’international, le choix du V.I.E ne s’improvise pas. Il doit résulter d’une réflexion. Le degré de préparation au départ est un élément clé qui sera évalué lors de l’entretien. Pour affiner son projet, le candidat doit effectuer un travail de veille : se renseigner sur les entreprises qui recrutent dans tel ou tel pays/secteur, les secteurs porteurs et la procédure du V.I.E. Si les grands groupes offrent un attrait évident, les PME dynamiques et les ETI représentent des opportunités pour relever de beaux challenges à l’export.

CONSEIL N°2 : S’inscrire sur le site www.civiweb.com et suivre ses déclinaisons sur Twitter et Facebook

Civiweb.com est le site de référence du Volontariat international, avec des offres publiées quotidiennement dans différents secteurs/métiers. C’est un outil de veille incontournable.
Etre inscrit est une condition nécessaire pour accéder aux coordonnées des offres diffusées sur le site puis pour pouvoir partir en V.I.E. Mais il faut faire acte de candidature ! C’est une condition impérative pour pouvoir postuler à un V.I.E.

CONSEIL N°3 : Soigner sa candidature

Toutes les étapes sont clés pour décrocher un V.I.E : projet, CV, lettre de motivation et entretiens ! Les entreprises peuvent recevoir parfois plusieurs centaines de réponses pour un poste sur des destinations attractives. Pour optimiser l’efficacité de sa candidature, il s’agit de cibler les annonces qui correspondent au projet du candidat et sont adaptées à son profil.
Le CV doit être précis. Il doit faire ressortir l’originalité du parcours individuel du candidat, ses compétences et les secteurs d’activité dans lesquels le candidat a une expérience. Il est très important de mettre en valeur les stages et l’expérience professionnelle, et toutes ses
expériences à l’étranger, y compris dans un cadre universitaire (Erasmus) ou associatif (ONG par exemple). Ne pas oublier d’indiquer les langues connues et leur degré de maîtrise réel. 

CONSEIL N°4 : Envoyer des candidatures spontanées et utiliser son réseau

Pour se démarquer, pensez à cette solution peu utilisée, qui a l’avantage de pouvoir se positionner en amont d’une démarche de recrutement. La candidature spontanée est toujours valorisée par une entreprise. Pour convaincre un chef d’entreprise, appropriez-vous les avantages du V.I.E ! Associations d’anciens élèves (alumni), anciens V.I.E de l’école, entreprise dans laquelle on a réalisé un stage, contact acquis à l’étranger éventuellement dans le cadre d’un stage ou d’un échange individuel, etc. 

« J’ai eu l’opportunité de trouver un V.I.E dans une start-up ce qui me permet d’avoir des taches très variées. » Charlotte Boyer Chammard, V.I.E à Copenhague chez Phenix SA, gagnante Grand Prix V.I.E Nordique 2017.

« J’ai beaucoup de liberté et d’autonomie pour la réalisation de ma mission. » Igor Le Blan, V.I.E à Londres chez Bardot Group, gagnant du Grand Prix V.I.E UK & Ireland catégorie PME et Prix du jury en octobre 2017.

CONSEIL N°5 : Participer aux Forums V.I.E

Business France et les acteurs de l’Équipe de France de l’export organisent des forums de recrutement V.I.E. Il s’agit d’opportunités à saisir pour rencontrer directement les entreprises qui recrutent. Dernière recommandation : il faut être enthousiaste et motivé ! L’obtention d’un V.I.E est un challenge, mais une réalité pour les 10 000 volontaires en poste.