14/02/2018

Les entreprises recherchent des profils ingénieurs. Business France les sensibilise au V.I.E !

Jeudi 8 février 2018

L’afterwork organisé par la Direction V.I.E a été un véritable succès, hier soir à Business France. Ni la neige, ni le ralentissement des transports en commun, ni les bouchons ont eu raison de la centaine de jeunes étudiants d’Île de France, venus s’informer sur le dispositif du volontariat international, ce qui démontre l’intérêt de cette formule auprès de cette population.


(Ingénieurs + International) x talents = V.I

La direction V.I.E a organisé le 8 février son 2eme afterwork, ciblant cette fois-ci les étudiants au profil ingénieur. L’annonce de cet événement relayée par les écoles d'ingénieurs* a eu bon écho puisque plus de 100 jeunes de 3e et 4e année se sont déplacés pour découvrir un dispositif qu’ils ne connaissaient pas vraiment.

Parmi les 10 152 V.I.E en poste à ce jour, seul 26% ont un profil ingénieur. Les offres des entreprises ne sont pas toujours pourvues, d’où l’importance de communiquer sur ce dispositif à cette population.

Des interventions de qualité

Le dispositif du Volontariat International a été présenté par les institutions qui le gèrent, les entreprises qui l’utilisent mais aussi les anciens Volontaires internationaux en entreprise et en administration.
Geneviève Engasser de Business France a présenté le B.A.BA de la formule en expliquant la différence entre V.I.E, Volontariat International en Entreprise et V.I.A, Volontariat International en Administration. Elle a énuméré les avantages de ce dispositif, ô combien nombreux pour un jeune. Avantages matériels avec une rémunération variable entre 1 400 et 5 300€ en fonction du pays d’affectation, exonéré d’impôt, avec une couverture sociale de qualité et des congés d’une durée de 2,5 jours par mois travaillé. Autres avantages à ne pas négliger, le développement personnel et l’expérience professionnelle unique qu’un jeune peut retirer de sa mission.

Mais comment faire pour décrocher son V.I.E ? Sarah Fakih-Boisnault, Group Talent Acquisition Leader chez Air Liquide, entreprise utilisatrice du V.I.E conseille les jeunes de définir de façon précise leur projet V.I.E. La solution est de se poser les bonnes questions avant de commencer. Quel est mon projet personnel ? ne pas se focaliser sur une destination mais sur la mission. Identifier les métiers et marchés porteurs. Lister ses compétences clés et la concurrence du marché. Sarah Fakih-Boisnault indique qu’il est important de bien cibler les entreprises en faisant un travail de veille et de recherche approfondie et constant sur les entreprises. Etudier l’actualité peut aider à connaitre les entreprises qui ont par exemple décroché un important contrat. Et puis postuler en adaptant son CV et sa lettre de motivation à l’entreprise, au poste et à la destination. Il est recommandé de cibler ses candidatures car la concurrence est forte mais il ne faut pas hésiter à démultiplier les contacts, et à multiplier les démarches personnelles et les candidatures spontanées.

Business France qui gère ce dispositif sous la tutelle du Ministère de l'Europe et des affaires étrangères, a également quelques V.I.A au sein des bureaux à l’étranger répartis dans des domaines très variés (tech et services / agro / informatique etc). D’autres organismes institutionnels sont en charge de V.I.A tels que la Direction générale du Trésor.
Benoit Lemonnier, adjoint au chef de bureau RH en charge du réseau international de la DGTrésor a expliqué ce qu’était le V.I.A pour cet organisme, les types de mission proposés et les principales qualités requises pour faire la différence.

Pour étayer sa présentation, Antoine Hautin, ancien V.I.A et aujourd’hui chef de cabinet du DG de Business France a fait revivre son expérience de Volontaire international au travers d’anecdotes aussi impressionnantes qu’intéressantes.
A ses côtés se trouvaient Diane Samarou, Philippe Marrec et Benjamin Straubhaar, tous trois anciens V.I.E au sein de Grands Groupes. Ils ont exposé ce qui leur avait donné envie de partir en V.I., leur mission sur place. Ce qui ressort de leur témoignage c’est une expérience de vie extrêmement positive d’un point de vue professionnel avec des responsabilités qu’ils n’auraient jamais eues en dehors d’un Volontariat International et du point de vue personnel.
Tous trois recommandent vivement cette formule à 100% et invitent tous les jeunes à s’inscrire sur le site du civiweb, condition sine qua none pour effectuer une V.I.E pour un jeune âgé entre 18 et 28 ans.

Un afterwork réussi à réitérer

L’engouement de l’audience créée lors de cette 2eme édition, inaugurée par Laurence de Touchet, Directrice RH de Business France, est tel, qu’une nouvelle session est déjà programmée pour les mois qui viennent. Depuis le début de la formule en 2001, c’est 71 188 jeunes qui ont été formés à l’étranger pour le compte de 7 065 entreprises. Ce dispositif est une solution RH unique pour les entreprises, (avec un taux d’impact mesuré de 70% sur le développement de nouveaux courants d’affaires pour les PME) et c’est un tremplin vers l’emploi pour les jeunes (7 jeunes sur 10 ont une proposition de job à l’issue de leur V.I.E)


* ENSAM, CESI NANTERRE, ECE, EPF, ESIEE, ESME SUDRIA, ESTACA, ESTP, ISTOM, MINES PARISTECH, POLYTECH SORBONNE, UTC