02/02/2018

«Pied à l’étrier» au service des jeunes et gage de tranquillité pour la PME

Bruno Giffard dirige une entreprise familiale, centenaire, spécialisée dans la fabrication de liqueurs et sirops à Angers. Depuis 2006, celle-ci s’appuie sur le V.I.E pour accompagner son développement à l’export. Avec un succès certain. Explication.

«La société Giffard a été créée en 1885 par mon grand-père, pharmacien à Angers. Travaillant beaucoup sur les plantes, à l’instar de ses confrères de l’époque, Emile a, ainsi, distillé une liqueur: «Menthe pastille». Celle-ci, désormais âgée de 130 ans, fut à l’origine de sa vocation industrielle.
Nous fabriquons et commercialisons, aujourd’hui, une large gamme de produits, liqueurs et sirops surtout, dont l’éventail s’étend à plus de 160 parfums différents. L’essentiel est consommé en France mais aussi dans une soixantaine de pays.

Notre démarche à l’export a commencé en 1996, en Allemagne. Notre produit a été préféré à plusieurs de ses concurrents. Dès lors, il est apparu que l’exportation consti- tuait un relais indispensable à notre stratégie de développement. Cela s’est vite confir- mé. Depuis dix ans, ce département nous apporte une croissance moyenne continue d’environ 20%.
Dans un second temps, le V.I.E s’est imposé comme le moyen idéal de se rapprocher de nos marchés à l’étranger. Vu d’Angers, certains paraissent loin et une bonne com- préhension de chaque «problématique-client» ne va pas de soi. Le dispositif nous a permis de choisir des jeunes, basés dans plusieurs pays, capables d’y générer, puis d’entretenir, un lien constant avec nos distributeurs. Le premier a été installé en Alle- magne, en 2006. Un autre a suivi au Vietnam.

Certes, le V.I.E a un coût. Mais il faut souligner qu’en Pays de Loire, la région prodigue une aide très forte aux PME en phase de démarrage (la première année, la région prend en charge 100% du salaire du jeune affecté à un poste dans un pays étranger, dans le cadre d’un V.I.E). Ce faisant, elle lève un important «frein psychologique» à l’embauche. Giffard a pu, ainsi, tester puis sélectionner des profils adaptés à ses attentes pour constituer un vivier de talents. Nous en sommes à notre septième V.I.E. Quatre ont, à ce jour, été recrutés. L’objectif, c’est de les former, puis de les conserver. Cet outil constitue l’un des axes majeurs de notre stratégie RH en faveur du développement à l’international. Il garantit une prise de risque limitée aux entreprises désireuses de se tourner vers l’export.»

A la fois «pied à l’étrier» au service du jeune et gage de tranquillité pour la PME: avec le V.I.E, tout le monde est gagnant !