28/03/2019

5 conseils pour faire des affaires au Mexique

Afin de mener au mieux les négociations et d’anticiper les réactions de son interlocuteur, il est important de bien comprendre le comportement des Mexicains en affaires et leur perception des Français dans ce domaine.

Voici les principaux thèmes qui soulèvent les différences entre le système mexicain et le système français et qui permettront de mieux connaître votre interlocuteur.

1. Tutoyez votre interlocuteur

Sauf lors d’une toute première rencontre, il n’est pas recommandé de vouvoyer son interlocuteur. Ce qui pour un Français est considéré comme une marque de politesse ou de respect peut être ressenti par un Mexicain comme une volonté d’établir une distance.

2. Utilisez de préférence l’espagnol

La plupart des entrepreneurs mexicains maîtrisent l’anglais, mais parler espagnol est fortement apprécié et constitue un atout non négligeable. Si l’on ne maîtrise pas l’espagnol, s’efforcer au moins de saluer son interlocuteur en espagnol est très valorisé par les Mexicains, puis, vous pourrez alors présenter vos excuses pour ne pas maîtriser cette langue que vous souhaitez par ailleurs apprendre…

3. Saluez votre interlocuteur par son titre

Il peut être avisé de se renseigner sur le diplôme de son interlocuteur et de le saluer par son titre : « Licenciado », « Maestro », « Ingeniero », etc. ; les Mexicains y accordent une grande importance. Si l’on s’adresse à une interlocutrice qui n’a pas de titre (une secrétaire par exemple), il ne faut jamais la nommer « Señora », mais toujours utiliser « Señorita ».

4. Soyez flexible

Les Mexicains sont assez flexibles sur les horaires. Quinze minutes de retard sont considérées comme normales. Un rendez-vous peut être facilement décalé dans la journée ou reporté à un autre jour par un simple coup de téléphone. Il faut donc être prévoyant et flexible.

5. Créez des liens personnels avec votre interlocuteur

Au Mexique, le lien de confiance dans les affaires est particulièrement important. Il faut savoir développer des liens personnels avec ses partenaires commerciaux. Il ne faut pas avoir de réticence à parler de soi : si on est marié, le nombre d’enfants, sa religion, etc. Les questions personnelles montrent l’intérêt que vous portez à votre interlocuteur.


Découvrez la suite de nos conseils pour réussir sur le marché Irlandais : Guide des affaires Mexique 2017