Vous êtes une entreprise 

 Vous êtes un jeune talent

Vous êtes une entreprise 

 Vous êtes un jeune talent

  1. Home
  2.  » 
  3. Jeune talent
  4.  » Les VIE impliqués sur le projet de la ligne 3 du métro de Hanoi

Les V.I.E impliqués sur le projet de la ligne 3 du métro de Hanoï

Le premier train Alstom destiné au métro de Hanoi est arrivé au Vietnam. La construction de la ligne 3 du métro de Hanoi est l’un des projets emblématiques financés par la Direction générale du Trésor, en cofinancement avec l’AFD, la Banque Asiatique de développement et la Banque européenne d’investissement. Le premier des dix trains de la future ligne, assemblé à l’usine Alstom de Valenciennes, est arrivé au port de Hai Phong dimanche 18 octobre 2020, sans retard malgré la crise sanitaire. Associant plusieurs entreprises françaises – AlstomColas RailThalèsSystraApave et RATP Smart System, ce projet illustre l’importance du soutien de la France à ses entreprises à l’export. En effet, la construction de la ligne 3 du métro de Hanoï a bénéficié d’un prêt du Trésor de 355M€, mais également d’un portage politique et technique fort de la France au Vietnam.

Interview de Constance CAVAZZI – V.I.E chez COLAS RAIL, leader international des infrastructures ferroviaires

  • Quel a été votre parcours avant le V.I.E ?

J’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur l’année dernière. J’ai réalisé ma formation à l’ESTACA, une école d’ingénieurs spécialisée dans le domaine des transports (filière ferroviaire). J’ai également eu l’opportunité de réaliser plusieurs stages à l’étranger notamment en Asie du Sud Est. Le V.I.E était donc pour moi la suite logique. En effet, cela m’offrait la possibilité de continuer d’évoluer à l’international ainsi que d’étendre mon domaine de compétences.

  • Pourquoi avez-vous choisi de partir au Vietnam ?

Je souhaitais poursuivre mon parcours professionnel en Asie du Sud Est, c’est une région du monde très dynamique. En effet, le secteur du ferroviaire est en plein développement, beaucoup de projets de transports urbains y voient le jour. Le Vietnam est aussi un pays qui m’attirait d’un point de vue personnel.

  • Quelle est votre mission sur le projet de la ligne 3 du métro de Hanoï ?

Je suis en charge de l’organisation de la remise des documents de l’ouvrage fini au client, ainsi que la de la gestion de la certification des stations par le département incendie.

  • Quelles satisfactions vous motivent dans votre mission ? 

Ce type de projet requiert une grande capacité d’adaptation. Témoigner de l’avancement du projet ainsi que de surmonter les challenges est ce qui rend notre travail gratifiant.

  • Recommanderiez-vous l’expérience V.I.E ? 

Je recommande vivement le V.I.E. Il offre à de jeunes actifs l’opportunité d’acquérir de l’expérience à l’international en début de carrière, ce qui peut être compliqué sans le biais du volontariat. Le V.I.E permet également de travailler dans un environnement multiculturel, ce qui je pense, est un réel avantage même au-delà de cette expérience.

  • Auriez-vous une anecdote liée au projet à partager ?

J’ai été très impressionnée de voir l’enthousiasme des Hanoïens pour ce projet. Lorsque j’évoque mon travail, après la question inévitable de la date de mise en service, ils me partagent aussi leur impatience de pouvoir se déplacer en ville grâce au métro et de laisser leur moto au garage.

Thomas BARRITAUD – V.I.E chez ALSTOM GROUP

  • Quel est votre background avant le V.I.E ?

Je possède un diplôme d’ingénieur spécialité Systèmes électroniques, parcours Signalisation ferroviaire (SESF) effectué au CNAM (Centre national des Arts et Métiers) et en alternance avec la SNCF. Les cours dispensés au CNAM permettent aux élevés qui suivent cette formation d’obtenir les connaissances techniques pour appréhender le fonctionnement des différents systèmes ferroviaire. Grâce à l’alternance au sein de la SNCF j’ai acquis des connaissances concrètes qui m’ont permis de valoriser les enseignements académiques du CNAM.

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai intégré la SNCF puis j’ai rejoint Alstom sur le projet innovant de système de signalisation de métro de demain (U500®). Après cette première expérience, Alstom m’a fait profiter d’une position V.I.E à Hanoï sur le projet de la ligne 3.

  • Pourquoi avoir choisi le Vietnam ?

Motivé avant tout par l’opportunité professionnelle, j’ai été ravi de retourner au Vietnam, pays que j’avais découvert en touriste en 2017.

  • Votre mission sur le projet de métro ligne 3

 Je travaille au sein de l’équipe qui est en charge de tester et vérifier le fonctionnement du système de signalisation de la ligne 3 du métro d’HanoiRédacteur de procédure de test, j’ai eu l’opportunité de mettre au point les vérifications nécessaires à la validation des exigences sur le système de communication et les principes de sécurité. Après ce travail théorique, j’ai mis en œuvre les tests décrits sur le site.

  • Quels challenges rencontrez-vous avec ce projet ?

Deux gros challenges sur ce projet :

    • Challenge Culturel : La barrière de la langue est le premier obstacle à dépasser. Heureusement mes collègues ont une maitrise suffisante de l’anglais pour que nous puissions travailler ensemble et ils ont à cœur de me faire découvrir leur langue et leur culture. Et ca marche ! J’ai réussi à demander au gardien d’une station de m’ouvrir la salle technique à laquelle je devais accéder. La barrière de la langue, mes collègues dans mon service parle anglais, mais ce n’est pas le cas de toutes les personnes présentes sur le chantier et parfois cela peut poser problèmes. L’apprentissage de la langue local est donc une bonne chose même si compliquée.
    • Challenge Technique : Je ne connaissais pas le système de signalisation déployé à Hanoi. Cependant, ma formation et mes précédentes expériences m’ont aidé à me mettre rapidement à la page.
  • Souhaitez-vous recommander l’expérience V.I.E ?

Oui : Le V.I.E offre une expérience professionnelle passionnante. Le projet d’Hanoi Ligne 3 m’a offert la possibilité d’être intégré au développement des essais depuis sa genèse et j’espère pouvoir aller jusqu’à la validation complète du produit. Mais pas seulement, travailler immergé dans un monde qui m’était complètement étranger il y a quelques mois m’a beaucoup apporté d’un point de vue humain. En ce temps de COVID 19, j’apprécie particulièrement ma chance de pouvoir continuer de voyager.

  • Pourriez-vous nous raconter une anecdote liée au projet ? 

En arrivant de France au début de l’année 2020, j’ai été surpris par les mesures mise en place au Vietnam contre le COVID, port du masque, lavage de mains au gel hydroalcoolique à l’entrée de chaque bâtiment et prise de température.

 

Juliette MAUFRAS – V.I.E chez SYSTRA

  • Comment ce V.I.E s’inscrit-il dans votre projet professionnel ?

J’ai réalisé un double diplôme en droit des affaires avec l’Ecole de Commerce et la Faculté de Droit de Nancy. Suite à l’obtention de mon master en droit des affaires internationales et européennes, j’ai passé une année au sein du cabinet juridique de Deloitte et j’ai passé l’examen du Barreau de Paris. Je souhaitais réaliser une expérience internationale avant de me lancer dans une carrière juridique en France.

  • Pourquoi avoir choisi ce pays ?

Je recherchais une mission avec une vision projet et des problématiques juridiques transverses, j’ai trouvé cette offre de V.I.E en adéquation avec mes attentes. Par ailleurs, je suis allée au Vietnam 4 ans auparavant pour une mission humanitaire, je me disais donc que la ville ne m’était pas complètement inconnue.

  • Votre mission sur le projet de métro ligne 3

Sur le projet je fais partie de la Contract Team en tant que Contract Lawyer. Je m’occupe de suivre le fonctionnement du projet en appliquant les termes et conditions des différents contrats. Je travaille sur les contrats des neufs contractants ainsi que sur les contrats que Systra a conclu avec le Client « Hanoi Metropolitan Railway Management Board ».

  • Quels sont les challenges de ce projet ? 

Il y’a eu plusieurs difficultés, la première a été celle d’intégrer un projet dont je ne connaissais absolument pas le mode de fonctionnement. Il a fallu ensuite que je me familiarise avec la régulation applicable au projet et surtout les différentes liasses de contrats, ceci reste un travail de tous les jours étant donné l’ampleur du projet. Enfin, l’un des challenges est celui de faire partie d’une équipe multiculturelle, je travaille avec trois vietnamiens, une malaysienne et le Contract Manager est pakistanais, il faut donc s’adapter avec des traditions différentes. Les joies sont celles de tous les jours, l’environnement de travail est extrêmement plaisant, les missions diversifiées, les problèmes contractuels ne sont jamais les mêmes puisque chaque partie avec lesquelles nous travaillons a ses particularités.

  • Recommanderez-vous cette expérience de V.I.E ?

Je recommande grandement cette expérience ! Le projet est un challenge de tous les jours et l’expérience qui en ressort est enrichissante professionnellement et personnellement.

Cecile JAWORSKI – V.I.E chez SYSTRA

  • Comment votre expérience V.I.E s’inscrit-elle dans votre projet professionnel ?

Après des études en ingénierie aéronautique à l’ESTACA et un master en management de l’innovation à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, je voulais absolument partir à l’étranger pour mon premier emploi. C’est donc naturellement que je me suis dirigée vers un V.I.E.

  • Pourquoi le Vietnam ?

 J’avais axé mes recherches de V.I.E principalement en Asie sans préférence pour un pays en particulier ; la mission étant le critère principal. L’offre pour le projet du métro de la ligne 3 d’Hanoi a rempli toutes mes attentes : un pays asiatique et une mission en management sur un projet technique. C’est donc un peu par hasard que je suis maintenant au Vietnam depuis un an et demi.

  • Votre mission sur le projet de métro ligne 3

Ma mission s’est diversifiée au fil des mois, cela m’a permis d’acquérir une vision transverse du projet et d’appréhender les principaux enjeux. Je suis actuellement principalement en charge du suivi de la mobilisation, de l’analyse et du suivi financier, et depuis quelques mois je suis en support pour le management des requirements.

  • Quels challenges avez-vous dans votre mission, en lien avec le projet de métro ligne 3

A chaque semaine son challenge ! Répondre à une demande urgente, respecter une échéance, ou encore un simple imprévu, il faut sans cesse s’adapter quel que soit le sujet. Par ma mission, j’ai la chance d’évoluer dans cet environnement dynamique où la routine n’a pas sa place.

  • Recommanderez-vous cette expérience de V.I.E ?

Pour finir je recommanderais sans hésiter cette expérience de V.I.E, c’est une aventure enrichissante sur les plans professionnel et personnel.

Lukellie NGUYEN – V.I.E chez THALES GROUP

  • Votre background avant le VIE, comment ce VIE s’inscrit dans votre projet professionnel ?

Diplômé en Génie Urbain par l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris et passionné par les mobilités, j’ai débuté ma courte carrière professionnelle chez le groupe SNCF par sa filiale privé AREP. Cette première expérience dans le ferroviaire m’a conforté dans cette passion du transport, c’est donc naturellement que j’ai sauté sur l’opportunité que Thales me proposait pour le métro à Hanoï sans aucune hésitation.

  • Pourquoi le Vietnam ?

C’était pour moi une évidence avec mes origines vietnamiennes. Je n’y suis pas né mais je n’ai cessé de considérer Hanoï comme ma seconde maison. Un stage de 3 mois effectué il y a Hanoi sur les études de mass-transmit déjà sur le projet HANL3 m’avait déjà déterminé à y revenir.

  • Votre mission sur le projet de métro ligne 3

Thales fait partie du consortium UJV avec Colas Rail et Alstom. Nous avons la responsabilité du déploiement du réseau et des systèmes télécommunication et mais également ceux de la supervision. Fort d’un réseau de partenaires locaux acquis en plus de 25 ans de présence au Vietnam, l’organisation voulue a pour but de donner une grande autonomie aux talents locaux. Nous avons entrepris de créer un vrai lien entre la France et le Vietnam. C’est ici que je rentre en action, bâtir un pont solide entre ces deux pays. Faciliter le contact entre nos partenaires et nos ingénieurs basés en France, c’est le cœur de ma mission. Ma présence permet également d’ancrer la présence de Thales sur le projet auprès des différentes parties prenantes.

  • Quels challenges et quelles joies rencontrez-vous dans cette mission ?

C’est un challenge quotidien ! Il faut savoir jongler avec agilité entre rapidité décisionnelle et standards de qualité, c’est la vie de projet dit-on. Mais la joie est toute naturelle lorsqu’il y a combinaison entre votre passion et le sentiment d’être utile.

  • Pourriez-vous recommander cette expérience de V.I.E ?

C’est évidemment une triple aventure trépidante : tout d’abord un V.I.E, ensuite un projet d’envergure qui plus est d’utilité publique et par-dessus tout un pays magnifique. Plus que le projet, les missions et responsabilités montre une vraie confiance de mon entreprise. Je touche à beaucoup de sujets, du design technique aux finances.

  • Avez-vous une anecdote particulière liée au projet ?

Un souvenir dont je me souviendrais longtemps et qui ne m’arrivera pas ailleurs, ce sont les réunions où il m’arrivait de parler les 3 langues : anglais, français et vietnamien.

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D’autres articles en lien