Vous êtes une entreprise 

 Vous êtes un jeune talent

Vous êtes une entreprise 

 Vous êtes un jeune talent

  1. Home
  2.  » 
  3. Jeune talent
  4.  » Trouver un stage à l’étranger rémunéré : mission impossible ?

Trouver un stage à l’étranger rémunéré : un casse-tête ?

Partir en stage international vous en rêvez mais financièrement c’est un casse-tête ?
On vous dit tout sur la rémunération des stages à l’étranger. Et on vous éclaire sur l’option V.I.E, un dispositif sécurisant, encadré par l’Etat Français qui vous simplifie l’international et vous garantit une rémunération confortable. Découvrez tous les avantages de faire son stage sous le statut de Volontariat International !

 

Pourquoi faire un stage international ?

Est-ce qu’on touche toujours un salaire pour un stage à l’étranger ?

Comment trouver un stage rémunéré à l’étranger ?

Le VIE : faire un stage rémunéré, sécurisant et encadré

Pourquoi faire un stage international ?

Faire un stage c’est acquérir une première expérience professionnelle, se former à un métier, enrichir son CV ou découvrir un secteur d’activité. Incontournable moyen d’insertion dans la vie active et passage obligé pour certains cursus, quoi de plus formateur qu’un stage en entreprise et à l’étranger en plus !

Partir à l’étranger c’est avant tout vivre une expérience qui nous transforme à tout jamais : se confronter à d’autres cultures, apprendre à s’adapter à des contextes de travail différents et se faire des amis pour la vie à l’autre bout du monde. Sans vouloir tomber dans les clichés, partir c’est grandir un peu. Beaucoup ! Vous reviendrez de votre expérience plus mature, plus autonome et avec une bien meilleure confiance en vous.

Faire un stage à l’étranger c’est aussi l’opportunité d’apprendre une langue étrangère…pour de vrai ! Si vous faites partie de ceux qui ont buté sur la grammaire allemande ou qui sont terrifiés de s’exprimer en à l’oral en Anglais, c’est enfin l’opportunité de dépasser ces freins. Il n’y a pas de meilleure manière

d’apprendre à parler une langue qu’en s’immergeant pleinement dans la culture du pays. En plus, les compétences linguistiques sont aujourd’hui un énorme plus sur un CV et pour construire sa carrière, en France comme à l’international.

En parlant de CV, une expérience à l’étranger est, plus généralement, un véritable sésame sur le marché de l’emploi ! Non seulement, c’est la garantie pour le recruteur de votre débrouillardise, autonomie et adaptabilité, mais c’est aussi un moyen infaillible de faire sortir votre candidature du lot. Attendez-vous à ce qu’on vous pose des questions en entretien sur votre stage de 8 mois au Portugal ! Valorisez votre profil un peu atypique pour marquer les esprits de recruteur et de lui faire oublier, au passage, que vous n’avez pas 5 ans d’expérience à 20 ans 😀

Et puis, qui sait ? L’international pourrait bien capturer votre coeur ! Quand on y a goûté, on a souvent du mal à s’en passer ! Ça tombe bien, un stage à l’international est un très bon départ pour faire carrière à l’étranger. Premièrement parce que ça vous met le pied à l’étrier très tôt. Deuxièmement parce que vous développez, à cette occasion, les compétences essentielles pour travailler à l’international. Et enfin, non des moindres, parce que ce stage pourrait bien déboucher sur un contrat de travail.

On vous peint un tableau sans nuages de cette expérience professionnelle à l’étranger. Si tous ces avantages sont indiscutables, le gros point noir du stage à l’étranger, c’est souvent son coût. On vous en dit plus !

Est-ce qu’on touche toujours un salaire pour un stage à l’étranger ?

C’est un fait : partir à l’étranger a un prix ! Entre le billet d’avion, le transport des bagages, le logement sur place et pour certaines destinations le visa, le coût de l’expérience grimpe rapidement. Et puis, en tant qu’étudiant ou en début de carrière, on dispose rarement de grosses économies. A tous les coups, on est encore en train de rembourser son prêt étudiant. Du coup, une question cruciale se pose : est-on toujours payé pour un stage à l’international ?

La réponse est : pas forcément ! Vous le savez sûrement mais en France, il y a un salaire minimum obligatoire pour les stages qui dépassent 2 mois. Il n’est pas toujours mirobolant mais il permet d’assurer une partie des dépenses liées à la vie courante. Mais ce n’est pas forcément le cas partout ! La logique derrière la gratuité du stage est qu’il s’agit d’une étape formatrice qui bénéficie énormément au candidat. Si de plus en plus de pays développés instaurent un salaire minimum pour éviter les abus côté entreprise, il est souvent soumis à conditions et parfois facilement contournable par le recruteur. Aux Etats-Unis, par exemple, l’entreprise peut vous faire signer un accord de non rémunération pour s’en dégager. En Allemagne, le salaire minimum ne vous est versé que si votre stage est conventionné. Alors : renseignez-vous !

Une chose est claire : il n’y a pas de règle générale, c’est vraiment au cas par cas ! Ce n’est pas parce que le pays applique en théorie un salaire minimum, que vous allez être rémunéré. Paradoxalement, il se peut que vous touchiez un salaire dans un pays où aucune obligation ne s’applique à l’entreprise. On est parfois surpris ! On pourrait s’attendre par exemple à être mieux payé en Belgique qu’en Chine, mais les salaires dans les pays en développement peuvent, pour certains postes, être assez élevés. Bref, le salaire dépend non seulement du pays mais aussi de l’entreprise, du niveau d’autonomie du stage ou encore de votre niveau d’expérience ou de votre capacité de négociation.

Comment trouver un stage rémunéré à l’étranger ?

Le meilleur conseil qu’on puisse vous donner c’est d’anticiper ! Commencez vos recherches suffisamment à l’avance pour avoir le choix, réduire le stress, vous renseigner sur les pratiques du pays et gérer les éventuelles démarches de visa. Sinon, voici quelques astuces pour maximiser vos chances de trouver un stage rémunérateur à l’international :

  • Faites un tour sur les job boards génériques (Indeed, Monster, Apec, JobTeaser) et spécialisés (erasmusintern.org, eures). Les offres mentionnent parfois la rémunération mais ça n’est pas systématique. N’oubliez pas de consulter les offres sur le réseau social LinkedIn. Vous n’avez pas encore de compte ? C’est le moment d’en créer un et de partager avec votre réseau que vous êtes en quête du stage parfait ! Attention ne vous arrêtez pas là, c’est juste la base.
  • Passez par votre école ou votre université : les établissements ont souvent des partenariats avec les entreprises pour encourager les expériences à l’étranger. Comme ces stages se renouvellent souvent d’une année sur l’autre, il peut être plus facile d’en apprendre davantage sur le poste, notamment niveau salaire. Exploitez aussi le réseau des anciens de votre établissement. Un alumni a peut-être un stage à vous proposer dans son entreprise à l’international avec un salaire à la clé !
  • Ne minimisez pas le pouvoir d’une candidature spontanée, motivée et convaincante. Une industrie vous attire ? L’entreprise de vos rêves a des bureaux à l’étranger ? Prenez l’initiative en soumettant une proposition de mission qui valorise vos compétences.
  • Il existe de nombreux organismes de placement payants qui se chargent de vous trouver un stage à l’étranger et de réaliser les éventuelles démarches pour vous. Attention ! Ces agences ne sont pas toujours avantageuses financièrement et elles peuvent vous réserver de mauvaises surprises. Assurez-vous de bien comprendre ce que vous signez et de négocier une marge de manœuvre en cas de problème sur place.

Quelques éléments à avoir en tête en ce qui concerne la rémunération :

  • Si jamais le salaire du stage est négociable, prenez en compte votre expérience, le niveau d’autonomie requis mais aussi le salaire local moyen. Gardez en tête qu’un salaire élevé est généralement synonyme de plus de responsabilités. Vous êtes considéré comme un employé à part entière et devrez d’autant plus faire vos preuves.
  • Le montant d’un stage à l’international est relatif. Renseignez-vous sur le contexte local ! Si le coût de la vie dans le pays ou la ville de mission est très bas, un petit salaire peut vous emmener loin. A l’inverse, si le niveau de vie est élevé, un gros salaire peut fondre comme neige au soleil.
  • Dans le cas où votre rémunération est faible ou nulle, voici quelques conseils pour faire avec. Certaines destinations sont plus abordables que d’autres : niveau de vie peu élevé, loyers abordables, pas de visa. Certains emplois, comme les métiers de l’hôtellerie, offrent souvent le gîte et le couvert. Enfin, il existe des bourses pour financer partiellement votre séjour.

Un peu démotivé par toute cette complexité ? Et si on vous disait qu’il existait un moyen de partir en stage à l’étranger en toute sécurité et avec la garantie d’une rémunération confortable ? Cette solution existe : c’est le V.I.E ! On vous dit tout.

Le VIE : faire un stage rémunéré, sécurisant et encadré

Le Volontariat International en Entreprise, c’est un dispositif mis en place par l’Etat français pour aider les jeunes français et ressortissants de l’Espace Economique Européen à accéder à l’international plus facilement. Si vous avez entre 18 et 28 ans, vous avez la possibilité de partir de 6 mois à deux ans en mission à l’étranger au sein d’une entreprise française.

Les plus du statut de Volontaire International :

  • Vous êtes indemnisé en échange de votre mission. Cette rémunération est déterminée non pas par l’entreprise mais en fonction d’un barème qui diffère d’un pays à l’autre selon le niveau de vie local. Elle vous permet de vivre confortablement sur place.
  • Bonne nouvelle ! Cette indemnité est exempte de cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu en France
  • Le billet aller-retour et les frais de bagages sont pris en charge par l’entreprise
  • Les frais de visa sont assumés par votre recruteur
  • Vous bénéficiez d’une couverture sociale adaptée à l’international
  • Vous avez droit à 2,5 jours de congés rémunérés par mois travaillé
  • Vous êtes sous la protection de l’Etat Français et encadré par Business France

Bonne nouvelle ! Vous pouvez faire valoir votre V.I.E comme stage auprès de votre école ou université. Il est possible que votre établissement ait déjà un partenariat en place avec Business France. Dans le cas contraire, ça n’est pas du tout bloquant ! Faites la demande à votre établissement : les démarches sont simples et le dispositif peut être mis en place très rapidement !

Dernier avantage, non négligeable : vous pouvez commencer par effectuer votre stage de 6 mois ou d’un an sous statut V.I.E, puis avec l’accord de l’entreprise, prolonger l’aventure du V.I.E dans la limite des 24 mois au total. Vous effectuez alors votre soutenance de stage à distance. Une bonne manière de faire une pierre deux coups. Enfin, peut-être aurez-vous la chance, comme c’est le plus souvent cas, que votre V.I.E débouche sur un contrat de travail !

Ca vous tente ? Découvrez le V.I.E sur le site Mon Volontariat International

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D’autres articles en lien

Jeune talentTrouver du travail V.I.E

LA RUCHE A DIT OUI AU V.I.E

Réseau de communautés d’achat direct à des producteurs agricoles et artisans locaux, La Ruche qui dit oui ! a lancé son développement international en recrutant trois jeunes Volontaires internationaux en entreprise (V.I.E). En 2014, quatre ans seulement après sa...