24/06/2020

"Vignerons de Buxy" : Des V.I.E pour le développement export

Les Vignerons de Buxy sont partis à l’assaut du marché international. Cette coopérative viticole bourguignonne a choisi le V.I.E pour partenaire afin de mener à bien le challenge.

Rémi Marlin,
Directeur Général
de la coopérative 
Les Vignerons de Buxy

Les Vignerons de Buxy sont nés en 1931. Cette coopérative viticole, regroupant 226 familles bourguignonnes, produit aujourd’hui 8 millions de bouteilles par an. Depuis une décennie, elle a choisi de porter les couleurs tricolores à l’International. Aujourd’hui, ces producteurs distribuent leurs vins dans 37 pays. L’export représente 35 % du chiffre d’affaire. « Nous nous sommes tournés vers le dispositif V.I.E afin de développer notre présence sur deux zones prioritaires : l’Amérique du nord et l’Asie du sud-est », explique Rémi Marlin, directeur général. « Les objectifs de nos V.I.E sont invariables : développement commercial, à travers la recherche de nouveaux partenaires locaux. Ils ont le statut de “brand ambassador”, consistant à soutenir nos distributeurs afin promouvoir la notoriété et l’image de nos produits. Ils forment également les équipes commerciales locales. » Ainsi, les jeunes talents éclosent vite. L’outil V.I.E fait le reste. D’autant qu’il bénéficie d’un cadre, fiscal et financier, avantageux. « Nous bénéficions aussi du soutien du Conseil régional Bourgogne-Franche- Comté, qui prend en charge 50 % de son coût. Le bilan se révèle à 100 % positif. »


« Là-bas, quand un Français parle de vins, on l’écoute »

 

Robinson Marguerite,
V.I.E Ambassadeur de
marque pour 
Les Vignerons de Buxy

« Très attiré par l’International, j’étais convaincu de trouver dans le dispositif V.I.E un moyen de “booster” ma carrière. » En quelques mots, Robinson Marguerite résume son engouement pour l’aventure du V.I.E. Aujourd’hui âgé de 27 ans, diplômé d’un “Master” en marketing, il a passé deux années en Chine, parmi Les Vignerons de Buxy pour y commercialiser des vins auprès d’importateurs locaux, mais aussi en tant “qu’ambassadeur de marque”. « Il s’agissait pour moi d’animer le réseau de nos distributeurs, d’organiser des évènements, avec dégustations puis présentation de produits, et d’animer nos équipes, » explique-t-il. Des missions diverses et passionnantes. « Là-bas, quand un Français parle de vins, on l’écoute. » Quel bilan tire-t-il de cette période ? « J’ai appris le vin, confie-t-il. Je suis aussi plus au fait de l’export et de ses procédures. Enfin, je connais mieux le marché chinois. »